Villes du Souss dans l'Histoire selon Léon l'Africain

Discussion dans 'Forum Histoire' créé par amksa_nidaoutanen, 7 Août 2015.

  1. Azul !

    J'ai parcouru rapidement le livre "Description de l'Afrique" de Hassan Wazzan (Léon l'africain).

    Est-ce que quelqu'un arriverait à retrouver les villes qu'ils citent? Je donne la liste :

    Aguer -> Agadir n ighir
    Messe -> Masst (Massa). Il dit on l'appelait autrefois "Temest". Le T initial a disparu de son nom actuel chez Imazighen d'où sa forme originale.
    Teceut -> Tiznit ? .....
    Gared ->
    Tarudant -> Facile :)
    Faraixa ->
    Tedsi ->
    Tagoast -> Plus grande ville du Souss selon l'auteur ...
     
  2. J'en ai trouvé un :)

     
  3. Tafart

    Tafart Active Member

    Un chroniqueur interessant mais certains de ces récits de voyages sont aujourd’hui contestés. Il aurait décrit certaines parties du Maroc et de l’ Afrique a base de récits qu’il a recueilli au sein des voyageurs rencontrés au Maroc. Ce qui pourrait dire que les noms des villes et villages qu’il a signalés sont mal transcrits ou n'existent pas.

    Pour lire l’histoire du Souss il existe des écrits plus fiables par des gens qui sont nés et grandis dans le Souss. Les écrits de Mokhtar Soussi (1900-1963) ou A. S. Azayku (1942-2004) contiennent beaucoup d’information.
     
  4. ameqsu

    ameqsu Member


    Bizarre quand je etappe tagaost sur google maps il le troive pret de Tiznit mais il n y a rien sauf une Mosquée
     
    amksa_nidaoutanen apprécie ceci.

  5. Tagaost (Tagawst) In the fifteenth century, Tagaost (Tagawst) was the most important commercial entrepot in southern Morocco. Situated in the southwestern part of the -7 Sous region in the Oued Noun Valley about 12 kilometers (7.5 miles) west of modern 7 Goulimine, it included three settlements: Agaos, Tisegnane, and Ait Moussi. According to Leo Africanus, these villages, referred to as El Qsabi (walled villages), comprised the largest walled settlement in southwestern Morocco at the end of the fourteenth century. The population numbered eight thousand households, which means somewhere between thirty and forty thousand inhabitants. Under a treaty of allegiance signed in 1499, the lords of Tagaost, Oued Noun, and the surrounding settlements of Ifni, 7 Ifrane, and Tamanarate agreed to pay certain taxes to the Kingdom of Castile. Different ethnic and religious communities-Castilian Christians, local Berbers, the nomadic Arabs of Bam! Ma'qil, and Jews-coexisted outside the control of the Wattasid dynasty in Fez. Tagaost had extensive trade connections with Wadan, Akka, Ifrane, Arouane and Timbuktu. An estimated three hundred Jews lived in Tagaost in a separate quarter in the sixteenth century. Some were artisans, especially jewelers, and other were merchants who prospered because ofthe location ofTagaost as a stopping place in the trans-Saharan trade. The local market took place twice a week; and regional and European goods, as well as sub-Saharan products such as gold and gum, were exchanged in its weekly markets. Tagaost also became the region's central slave market. Military support from Castilian governors enabled the qa'id of Agaos to survive and establish commercial relationships with Europe, but the city of Nul Lamta was devastated in a series of raids by the nomadic Banu Ma'qil, In the seventeenth and eighteenth centuries, Tagaost declined, and toward the end ofthe eighteenth century it was replaced by Goulimine as the terminus for trans-Saharan caravans. From then on Jewish traders in Goulimine and the Moroccan port of Essaouira, played an important role in the regional, trans-Saharan, and European trade.

    Bibliography Iacques-Meunie, Djinn. Le Maroc saharien des origines a1670, 2 vols. (Paris: Klincksieck, 1982). Leo Africanus. Description de l'Afrique, trans. A. Epaulard, 2 vols. (Paris: Adrien-Maisonneuve, 1956). Lydon, Ghislaine. On Trans-Saharan Trails; Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa (New York: Cambridge University Press, 2009).
    AOMAR BOUM

    Link : http://boum.faculty.arizona.edu/sites/boum.faculty.arizona.edu/files/Tagawst.pdf
     
  6. C'est plus du coté de Agulmim (Goulimine). A voir s'il reste des vestiges...
     

  7. Oui j'en avais entendu parlé mais il doit y avoir une part de vrai dans ce qu'il dit :)

    Un peu dur de trouvé des ouvrage de Azayku. Et Mokhtar Soussi n'a pas beaucoup été traduit dommage !
     
  8. azra

    azra Member

    Les vestiges de Tagaoust se trouvent aujourd'hui près d'Asrir et de Lksabi peuplés de Zwafit/Izafaden arabisés. 1 musée privé a été fondé par un particulier au village d'Asrir pour commémorer cet héritage, mais reste il est plutôt axé sur les instruments et le mode de vie local avec peu de manuscrit.
    Azayku est assez sommaire sur l'histoire de régions au sud de Tiznit, il confond souvent les lieux et les peuplements. M. Soussi est beaucoup plus précis.
    Un ouvrage est édité en France par le MSH pour M. Mustapha Naïmi sur l'Oued Noun, il est plus détaillé, malgré un certain nombre d'e raccourci qui expriment d'avantage les positions personnelles de l'auteur qu'une méconnaissance du terrain.
     
  9. Tafart

    Tafart Active Member

    Bonjour,
    Le caractère encyclopédique de l’ ouvrage de Mokhtar Soussi est aussi son point faible. Il est inaccessible pour un large public par manque d’ éditeurs prêts a investir des fortunes pour le moderniser et le rendre accessible. Son travail est incontournable pour comprendre l’histoire mais aussi difficile a lire. Il faut maitriser la grammaire arabe classique telle enseignée au Maroc d’avant l’ indépendance et avoir des connaissances sur l’ enseignement traditionnel, les confréries religieuses et les écoles anciennes. En commentant son propre travail a la fin de sa vie, il a invité les jeunes chercheurs a s’intéresser a l’histoire de leur région par corriger d’abord ce qu’il a écrit lui-même. Il admettait avoir oublié beaucoup de choses: ”Ce que j’ ai fait pour notre région ne dépasserait pas le dixième de ce que je dois a nos ancêtres.”

    A part leur intérêt a l’ histoire, il existe un autre point commun entre Soussi en Azayku : ils ont commencé a écrire sur l’ histoire pendant leur emprisonnement, le premier sous le protectorat français, le deuxième sous le régime marocain qui a remplacé les français. ”Min Khilal Jazoula” (A travers Jazoula) est un ouvrage historique inspiré par l’ occupation. Azayku a fait la même chose mais avec la poésie.
     
  10. mimouni

    mimouni Member

    Il a du se contenter de récits oraux au contact avec des gens analphabètes, pourquoi?
    L'affaire ou plutot son histoire se situe au 15 ème siècle, a ce moment la masst ou massa n'était meme pas un village alors comment peut elle etre une ville !
    Massa est une baie sur la cote atlantique protégé car c'est un petit bras de mer en terre en plus ya un fleuve qui se verse en mer.
    L'histoire de ce bout de terre a probablement commencé lorsque des Juifs ont fui la Palestine suite a la ruine de Deyxième temple, ils ont pris le large avec un genaral Juif dont j'ai oublié le nom et ont pu toucher terre justement a Masst soit 70 kms au Sud d'Agadir car la cote permettait le débarquement. De la cette communauté Juive a atteint "SIJILMASSA, DRAA,AIT OUAFKA (tafraoute) et ont pu créer un royaume Juif avec l'accord des Amazigh .... le reste de l'histoire est connu.

    Leon l'Africain n'a meme pas parlé de Tiznit qui elle etait la seule ville de la plaine du souss avec taroudante.
    Juif Amazigh du Maroc antique
    [​IMG]
    citation:.alainamiel.com
    Si la grande majorité des juifs d'Afrique du Nord et du Maroc sont arrivés à partir de 1492, fuyant l'Espagne et les persécutions d'Isabelle la Catholique, il est attesté que des communautés étaient implantées bien avant : depuis la première diaspora suite à la destruction du premier temple de Jérusalem par Nabucchodonosor (587 avant notre ère), ou après la destruction après la pillage du second temple par les Romains en 70. Ces communautés juives, installées au Sud du Maroc depuis plus de 2000 ans (avant même la conquête arabe), ont perduré et même connu des conversions de tribus nomades berbérophones (de petits royaumes juifs ont même existé, comme celui de la mystérieuse reine berbère Kahena).
     
  11. mimouni

    mimouni Member

    C'est un petit village aujourd'hui avec une association de developpement et un musée qui raconte l'histoire des communautés vers la fin du 19 eme et le début du 19 eme, mais Leon l'africain c'est 4 siècles avant et ??tahoast personne n'en parlait
    [​IMG]
     
  12. mimouni

    mimouni Member

    L'histoire du Souss au 19 eme siècle et meme au 18 eme est connu et des ouvrages sont toujours lisables dans les zaouia notamment celle de Sidi Hmad ou moussa , mais l'histoire du Maroc depuis des siècles se trouve a IFRANE ANTI ATLAS région ait baamrane

    http://bladi.forumactif.com/
     

Partager cette page