pour les filles

Discussion dans 'Forum Féminin' créé par talozte, 8 Mai 2008.

  1. talozte

    talozte New Member

    salam tout le monde je suis nouvelle ici et je me suis dit pourquoi commencer a faire connaissance avec les membres filles dici
     
  2. syg

    syg New Member

    Re : pour les filles

    salam & azul

    pourquoi ?? tu es hommophobe??:))

    je plaisante
    bienvenue tazolte
    je suis sygolene de tafraout;) imma kemine??
     
  3. talozte

    talozte New Member

    Re : pour les filles

    non j suis ps homophobe
    moi c talozte n ait baha
     
  4. oltmazirte

    oltmazirte New Member

    Re : pour les filles

    ::)
    je ne savais pas que sygolene est une prenom berbere!!!
    ::)
     
  5. Salmano

    Salmano New Member

    Re : pour les filles

    J'voulais dire la même chose...Pt't que c'est juste un pseudo.
     
  6. syg

    syg New Member

    Re : pour les filles

    tres bonne reponse :)
     
  7. oltmazirte

    oltmazirte New Member

    Re : pour les filles

    oui mais t'a dit je suis sygolene de tafrouat!!donc tu tappelle sygolene!!sinn ton pseud c juste syg!!breff!!!c'etait juste une petite remarque
     
  8. hafidali

    hafidali New Member

    Re : pour les filles

    salt moi hafidali de casa bienvenue au site forum souss
     
  9. bob8

    bob8 New Member

    azul;
    je viens juste vous offrir un bouquet et je m'en vais!!!!
     
  10. tilila78

    tilila78 New Member

    Re : pour les filles

    moi c tilila78 de tata bienvenur a toi talozte
     
  11. lammissa81

    lammissa81 New Member

    Re : pour les filles

    moi je suis d origine tafraout aussi
     
  12. Jade

    Jade New Member

    Re : pour les filles

    Salut
    Je suis Jade, française,30 ans,j'aime la musique et je fais beaucoup de poèmes comme passe temps;j'aime avoir d'amis partout dans le monde.
    Bisous
     
  13. Jade

    Jade New Member

    Cris d'une femme

    J'ai été créée mère
    Pour maintenir la vie!
    Et mon corps c'est à plaire,
    Et susciter l'envie.

    J'ai besoin de distraire,
    Mais les coutumes me plient
    A me cacher sous serres,
    Des voiles et des habits.

    Pour m'assurer,quoi faire?
    Et c'est mon grand défi!
    Il faut que tout je gère,
    Faire entendre mes cris.

    Je suis toujours en guerre,
    Et c'est mon grand souci.
    Pour que je me libère
    Je lutte sans merci!

    Pour les gardiens austères,
    Des traditions pourries,
    Je ne dois pas défaire
    Ma lutte inaccomplie!
    Tout ça ne me plait guère
    D'être un objet de tri !​
     
  14. Taboudrart94

    Taboudrart94 New Member

    Re : pour les filles

    Je ne sais pas mais j'ai l'impression de déjà avoir lu ce type d'écrits quelque part ou du moins la manière de s'exprimer me rappelle quelqu'un...

    En effet la vie est une lutte perpétuelle Jade....
     
  15. Jade

    Jade New Member

    Chantons l'amour

    Ma plus grande patrie est la terre,
    Et tous ses trésors sont les miens;
    Ses peuplades entiers sont mes frères:
    Qu'ils soient riches ou qu'ils n'aient rien!

    Et si les couleurs de peau diffèrent,
    Ca nous enrichit et fait du bien!
    Avec nos religions qui prospèrent ,
    Chacun croit que Dieu est le sien!

    Comme croyants nous devons tous faire:
    Nous aimer pour s'approcher du divin;
    Evitons l'extrémisme qui déterre
    La haine,et réveille les pires instincts.
    Laissons loin les idées austères,
    Et chantons tous l'amour en refrain.
     
  16. Jade

    Jade New Member

    Re : pour les filles

    En effet mes écrits passent sur plusieurs forums et blogs, généralement sous le pseudo de jade et rarement d'autres;mais tout ce que j'écris ici ou ailleurs est ma propriété intellectuelle.
    Bisous à vous tous.
     
  17. Jade

    Jade New Member

    La différence

    J'étais chez un ami,
    Blessé à l'hopital,
    Transfusé d'un débi
    Du sang qui est vital.

    En observant ce sang
    Qui peut sauver sa vie,
    Le résultat d'un don
    Offert par d'inconnus!

    J'ai pensé à celui
    Qui a dédié ce don.
    Est-il de ce pays?
    Est-il noir,jaune ou blanc?
    Son genre,grand,petit?
    Est-il un résident?
    Un sage ou abruti?
    Un juif ou musulman?
    Un athé ou bouddhi...?
    Et beaucoup de questions
    M'ont sans cesse envahie...!

    Je me suis dit pourquoi
    Puisqu'on a dans nos veines,
    Même sang, toutefois,
    Qui alimente et draine
    Nos corps,n'ayons la foi,
    Pour rejeter la haine.

    Nous avons mêmes corps,
    Et de maintes couleurs:
    Les caprices du sort
    Ont différé les moeurs.

    Immaginons un monde,
    Où pousse même fleur!
    Tout deviendrait immonde
    Sans beauté ni valeur.
    Immaginons un monde
    Créé duplicateur
    Ce serait une fronde
    Sans grâce sans grandeur!
    La ressemblance grande,
    Des gens est un malheur!​
     
  18. Jade

    Jade New Member

    Soupir...

    Soupir de mes nuits blanches!
    Laisse mon rêve à part,
    Loin des sanglots étanches,
    Nippés de désespoir§

    Où est passé l'amour
    Vécu dans nos ébats?
    Des échos froids et sourds
    Disparus sans éclats.

    Ces photos colorées
    Fanent dans ma mémoire,
    Et ma vie s'avérait
    Brouillée par notre histoire.

    Le temps emporte tout,
    En éteignant les flammes
    D'un amour assez fou
    Piquant comme une lame.

    Que reste-t-il de moi?
    Une épave perdue,
    Dans un monde sans foi,
    Où la joie est fendue!
     
  19. Jade

    Jade New Member

    Le lavoir d'amour

    J'ai mis cette histoire en proses à la demande d'un grand'père qui me l'a racontée:

    Un lourd soleil tombait d'aplomb sur le lavoir ;
    Les canards engourdis s'endormaient dans la vase,
    Et l'air brûlait si fort qu'on s'attendait à voir
    Les arbres s'enflammer du sommet à la base.

    J'étais couché sur l'herbe auprès du vieux linteau,
    Où des femmes lavaient leur linge.Des eaux grasses,
    Des bulles de savon qui se crevaient bientôt,
    S'en allaient au courant, laissant de longues traces.

    Et je m'assoupissais lorsque je vis venir,
    Sous la grande lumière et la chaleur torride,
    Une fille marchant d'un pas ferme et rapide,
    Avec ses bras levés en l'air, pour maintenir
    Un fort paquet de linge au-dessus de sa tête.
    La hanche large avec la taille mince, faite
    Ainsi qu'une Vénus de marbre, elle avançait
    Très droite,et sur ses reins un peu se balançait.
    Je la suivis, prenant l'étroite passerelle
    Jusqu'au seuil du lavoir, où j'entrai derrière elle.

    Elle choisit sa place, et dans un baquet d'eau,
    D'un geste souple et fort abattit son fardeau.
    Elle avait tout au plus la toilette permise ;
    Elle lavait son linge ; et chaque mouvement
    Des bras et de la hanche accusait nettement,
    Sous le jupon collant et la mince chemise,
    Les rondeurs de la croupe et les rondeurs des seins.
    Elle travaillait dur ; puis, quand elle était lasse,
    Elle élevait les bras, et, superbe de grâce,
    Tendait son corps flexible en renversant ses reins.

    Mais le puissant soleil faisait craquer les planches ;
    Le linteau s'entr'ouvrait comme pour respirer.
    Les femmes haletaient;on voyait,sous leurs manches,
    La moiteur de leurs bras,par place transpirer.

    Une rougeur montait à sa gorge sanguine.
    Elle fixa sur moi son regard effronté,
    Dégraffa sa chemise, et sa ronde poitrine
    Surgit, double et luisante, en pleine liberté,
    Écartée aux sommets et d'une ampleur solide.
    Elle battait alors son linge et par coup
    Agitait par moment d'un soubresaut rapide
    Les roses fleurs de chair qui se dressent au bout.

    Un air chaud me frappait, comme un souffle de forge,
    A chacun des soupirs qui soulevaient sa gorge.
    Les coups de son battoir me tombaient sur le coeur !
    Elle me regardait d'un air un peu moqueur ;
    J'approchai, l'oeil tendu sur sa poitrine,humide
    De gouttes d'eau, si blanche et tentante au baiser.
    Elle eut pitié de moi, me voyant très timide,
    M'aborda la première et se mit à causer.
    Comme des sons perdus m'arrivaient ses paroles.
    Je ne l'entendais pas, tant je la regardais.
    Par sa robe entr'ouverte, au loin, je me perdais,
    Devinant les dessous et brûlé d'ardeurs folles ;

    Puis, comme elle partait, elle m'a dit tout bas
    De la trouver le soir au coin de la prairie
    Tout ce qui m'emplissait s'éloigna sur ses pas ;
    Mon passé disparut ainsi qu'une eau tarie !

    Pourtant j'étais joyeux, car en moi j'entendais
    Les ivresses chanter avec leur voix sonore.
    Je regardais toujours,Vers le ciel embué
    Et le soir semblait loin mais brillant comme aurore!...


     
  20. la chleuh

    la chleuh New Member

    Re : pour les filles

    salam,
    moi c tachelhit avec un pied en france et l'otre a issafen (mon bled.)..
    MARHBABIKM A TALOZTE, brk marhba hati darm ayad lol....
     

Partager cette page